LE TEMOIGNAGE DE SOLENE BOURGOUIN, MARRAINE DE KANTRA

Je suis la marraine de Kantra Doucouré, qui s’est jeté sous un train la semaine dernière en région parisienne. Il avait eu 18 ans le 14 novembre.

J’avais fait la connaissance de Kantra au printemps dernier. Kantra avait quitté le Mali à 15 ans et était arrivé (via l’Algérie, la Lybie puis l’Italie) à Nimes en février 2016. Il avait trouvé sa place dans notre famille, nous avait accompagné en vacances cet été, était de toutes nos activités… En octobre dernier il avait été admis pour faire un CAP Cuisine « à condition de trouver un patron ». Après un stage de deux semaines dans un restaurant, il lui avait été proposé un contrat pour 2 ans. Au sein d’une chouette équipe, avec une patronne vraiment bienveillante. Kantra était tellement heureux… Après tous ces mois de galère, enfin l’espoir.

Une semaine avant ses 18 ans, l’assistante sociale lui a annoncé que son contrat ne pouvait être signé, car pour prétendre à un titre de séjour, la préfecture exigeait 6 mois de scolarisation / professionnalisation avant les 18 ans. Pourquoi ne nous avait-on pas informé de cela plus tôt ???

On a insisté, insisté… jusqu’à ses 18 ans… Mais rien à faire. Kantra était effondré. Il disait qu’il était « maudit », que tout le monde était contre lui. Lui si gentil, attentif aux autres, volontaire, intelligent…

Le jour de ses 18 ans, il a développé des éléments de délire paranoïaque. Pensant que son téléphone était sur écoute, qu’on voulait le renvoyer au Mali, et même l’empoisonner… Il tremblait, bégayait… Un médecin l’a vu, a proposé une hospitalisation en psychiatrie, que Kantra a refusé. Le 21 novembre, il a été mis à la porte du foyer. Orienté vers les foyers d’hébergement d’urgence. Je lui ai dit de sonner à la maison s’il était à la rue. Je ne l’ai plus revu. Il ne répondait pas à mes messages.

Son oncle qui l’a hébergé ces 2 dernières semaines à Paris a évoqué les éléments paranoïaques qui persistaient. A partir du jour de ses 18 ans, ça n’a plus été le même. Mes enfants qui l’adoraient ne comprenaient pas (« Maman pourquoi il est devenu fou ? »).

Si ce contrat avait été signé, on n’en serait pas là aujourd’hui…

Si ce témoignage peut servir pour l’avenir de ces jeunes, qui ont vécu tellement de traumatismes…

Avec mille pensées pour sa maman.

Solène Bourgouin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s