ALERTE ! LES MINEURS LAISSES A LA RUE !

(Nous reproduisons ci-dessous le cri d’alarme des Etats Généraux des Migrations eg-migrations.org

La prise en charge des MNA (Mineurs Non Accompagnés) a connu un début d’organisation grâce à la circulaire Taubira du 31 mai 2013 et au décret du 28 juin 2016, définissant les clés de répartition des mineurs par département. Toutefois, la situation sur le terrain montre que malgré cela, les MNA voient leur droit à la protection non respecté. Certes, leur nombre sur le territoire national s’accroît (ils étaient autour de 8000 en 2016, et environ 14000 en 2017), mais ces chiffres ne sont certainement pas tel qu’un pays comme le nôtre ne soit pas en situation d’y répondre dans le respect de la dignité des personnes.

Le constat est alarmant :

  • Des mineurs de 16 ans ne sont pas scolarisés ;
  • Globalement, la prise en charge des mineurs (en hôtels) est minimaliste, et discriminante par rapport aux autres mineurs ;
  • Des MNA se voient refuser l’assistance à laquelle ils ont droit car ils ne peuvent pas prouver leur minorité : dans le doute, et dans l’attente des preuves de leur âge, le Conseil Départemental a le devoir de prendre en charge ces jeunes !
  • Tout semble fait pour retarder leur effective prise en charge, de sorte que toute chance de pouvoir solliciter à 18 ans une régularisation devient quasi nulle : c’est une véritable politique de dissuasionmigratoire qui est mise en place ;
  • Encore plus grave, récemment, des MNA pris en charge par notre département (Gard)ont été « transférés » dans celui des Bouches-du-Rhône, où toute prise en charge leur a été refusée…de sorte qu’ils sont de fait de retour à Nîmes, sans solution, aucune…à la rue !

Tout mineur présent sur notre territoire a DROIT à une protection. Ce droit doit être EFFECTIF.

ELECTION PRÉSIDENTIELLE : APPEL À UNE VIGILANCE CITOYENNE

APPEL DE LA CIMADE

Dans la continuité de ses engagements de solidarité active aux côtés des personnes exilées et migrantes depuis près de quatre-vingt ans, La Cimade estime qu’il est de sa responsabilité d’insister sur le danger que représentent les propositions du Front national et de sa candidate, et d’appeler en conséquence à rejeter l’abstention ou le vote nul qui pourraient conduire au désastre si ces propositions étaient appliquées.

 

MATERIEL POUR REGARDER LE FN EN FACE

 

« La présidente »
Farid Boudjellal et François Durpaire.
Ed. Les Arènes BD / Demopolis

Une BD de politique fiction qui imagine la France gouvernée par le FN…. Aidés par des specialistes comme l’économiste Emmanuel Lechypre, les journalistes Wallès Kotra et Ulysse Gosset, le chroniqueur politique Thomas Legrand, les auteurs décrivent un futur probable et les conséquences économiques, géopolitiques et politiques du programme du FN.
On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas…

 

 

 

 

 

« En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite »
Vincent Edin
Editions de l’Atelier

Chômage, immigration, insécurité, préférence nationale… Les idées du FN battues en brèche par les faits et les chiffres.

 

 

 

 

 

« L’illusion nationale »
Valérie Igounet, Vincent Jarousseau
Ed. Les Arènes

Deux ans d’enquête dans les villes dirigées par le Front National Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont pour un reportage en forme de roman-photo. Les témoignages des élus et des habitants retranscris au mot près lèvent le voile sur l’illusion vendue par le FN en échange d’un peu plus de propreté, de quelques fleurs, d’une police municipale renforcée…

 

« Chez nous »

Un film de Lucas Belvaux
Avec Emilie Dequenne, André Dussollier, Guillaume Gouix

Une infirmière à domicile dans le nord de la France, très appréciées par ses patients pour sa générosité est approchée par un parti extrémiste afin d’être sa candidate aux élections municipales. Les mécanismes de séduction et d’enrôlement de l’extrême droite mis à jour…

Et si nous n’attendions plus un homme ou une femme providentiels pour nous accorder sur l’essentiel ?

Et si en 2017 les solidarités devenaient un impératif pour les prochain.e.s locataires de l’Elysée et de l’Assemblée ?

Et si «5 caps des Solidarités » fixés par les ONG constituaient un référentiel dans lequel devront s’inscrire dorénavant les politiques publiques ?

Parce que les crises que nous traversons sont toutes liées à un déficit de solidarité, qu’elles ne pourront se résoudre que par plus de solidarité, pour la première fois, 80 associations – du social, de l’écologie, de la solidarité internationale, de l’éducation, de la démocratie, du monde agricole, des quartiers populaires, de la défense des droits de tous, et de l’égalité, du handicap, de la jeunesse, pour la santé, et la protection animale – ont décidé d’unir leur voix.

Unir leur voix pour dominer le brouhaha ambiant.

Unir leur voix pour faire, haut et fort, l’Appel des Solidarités.

Pour que sortent de leur réserve toutes celles et ceux fier.e.s d’être généreux.ses et solidaires. Qu’elles et ils lèvent le doigt et élèvent la voix jusqu’à imposer un changement de cap(s).

En répondant PRESENT!

Sur www.appel-des-solidarites.fr ou gratuitement par SMS au 32321 en tapant le mot PRESENT!

appel_solidarites_presentation

CESSONS D’AVOIR PEUR – NON, LES MIGRANTS NE SONT PAS UN FARDEAU

Underaged inhabitants of tent seashore camp near Vial refugee camp. Chios, Grece, Aegean Sea. 27 September, 2016.jpg

Jeunes habitant du camp de réfugiés de Vial. Chios, Grèce. 27 September 2016 (c) Mstyslav Chernov 

 

Les migrants ne sont pas un FARDEAU : c’est juste que les idées de l’extrême droite ont réussi à s’imposer dans le débat politique jusqu’à faire croire que les immigrés ne sont qu’un problème. Ils représentent au contraire un immense potentiel d’idées, de volonté, d’énergies…

Est-il besoin de rappeler que nous avons accueilli au 20ème siècle :
en 1915 des arméniens,
en 1920 des russes,
en 1930 des espagnols, italiens, polonais,
en 1950 des portugais,
en 1960 des algériens, tunisiens, marocains,
en 1970 des réfugiés d’Amérique latine,
en 1980 des vietnamiens et cambodgiens,
en 1990 des ressortissants de l’ex-Yougoslavie.

Est-il besoin de rappeler tous ces immigrés célèbres qui ont construit la France :
Marie CURIE, Léon GAMBETTA, Robert SCHUMAN, Stéphane HESSEL, Frédéric CHOPIN, Charles AZNAVOUR, Yves MONTAND, Pierre CARDIN, Emile ZOLA, Guillaume APPOLINAIRE,

« ASTERIX le GAULOIS » est l’œuvre d’un fils d’immigrés polonais (René GOSCINNY) et d’un fils d’immigrés italiens (Albert UDERZO)]…. outre tous ces anonymes qui sont nos voisins et travaillent dans l’agriculture, l’industrie automobile, le bâtiment…

Ce sont eux, tous ces migrants qui font avec nous la France d’aujourd’hui, comme les migrants d’aujourd’hui feront la France de demain.

Pour RAISON GARDER, quelques repères sur la place des étrangers en France :
– le nombre d’étrangers présents sur le territoire français représente, depuis 1930, un pourcentage stable situé entre 6 et 7 % de la population
– La France accueille chaque année depuis 2006 environ 200 000 migrants : c’est 6 fois moins que l’Allemagne, 11 fois moins que la Norvège
– dans la cadre européen la France a proposé d’accueillir 30000 réfugiés syriens, chiffre à mettre en rapport avec 1,9 million accueilli par la Turquie, et également 1,9 million par le Liban
– dans les années 1970, 80 % des demandes d’asiles se soldaient par une réponse favorable, aujourd’hui, 80 % d’entre elles débouchent sur un refus.

La France n’est plus que le 25ème pays en termes d’octroi du droit d’asile.

OSONS LA SOLIDARITE

Parmi les migrants,  la situation des mineurs est particulièrement préoccupante.
Dans le GARD, depuis 2013, l’ASE (Aide sociale à l’enfance) doit prendre en charge 1/23ème des mineurs isolés étrangers arrivant en France.

Actuellement, 185 mineurs sont concernés : près de la moitié (75) est accueillie à l’hôtel. Un suivi éducatif très limité (2 éducateurs et une infirmière) est en place. C’est notoirement insuffisant !

Des particuliers, des associations, ont la volonté de ne pas laisser ces mineurs vivant à Nîmes près de nous dans l’état de solitude et détresse qui est le leur.

Un projet de parrainage est à l’étude, des échanges sont en cours avec le conseil départemental pour finaliser le projet… qu’en pensez-vous, seriez-vous partant ?

MANIFESTONS NOTRE SOLIDARITÉ en étant présent le premier jeudi de chaque mois à 18h00 place de l’horloge à Nîmes.
(ACAT, AMNESTY INTERNATIONAL, APTI, CIMADE, LDH, OIP, RESF)

Women’s March on Paris

a3-poster-wm_paris-v5

Le 21 janvier, soyons nombreuses et nombreux pour témoigner notre solidarité avec la Women’s March on Washington, car défendre les droits des femmes aux États-Unis, c’est défendre les droits des femmes en France et dans le monde entier !
ldh-france.org/womens-march-on-paris
Pour la France, voici la liste des marches (non exhaustive) et les lieux de rendez-vous :
Paris – 14h – Départ Trocadéro ;
Bordeaux – 14h30 – sur les marches du Grand Théâtre, place de la Comédie ;
Marseille – 11h30 – sous l’ombrière du Vieux Port ;
Lyon – 14h – Place de la Comédie ;
Montpellier – 14h – Parc du Peyrou ;
Nantes – 15h – Place des Volontaire de la défense passive ;
Strasbourg – 17h30 – Place Kleber ;
Toulouse – 17h – Esplanade Place Wilson ;
Poitiers – 11h – Place du Marché ;
Rouen – 14h30 – 99 rue Saint-Sever.

JE SOUTIENS L’ACCUEIL DES MIGRANTES ET DES MIGRANTS !

A l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme, 179 élues locales et élus locaux ont signé à ce jour ce manifeste de soutien à l’accueil des migrantes et migrants partout sur notre territoire.

  • Parce que je n’oublie pas que notre pays a toujours donné refuge à ceux qui fuyaient des terres lointaines pour des terres plus hospitalières,
  • Parce que je n’oublie pas que nos aïeux ont été accueillis lorsqu’ils fuyaient guerre, dictature ou misère,
  • Parce que je n’oublie pas que personne ne s’exile par plaisir mais pour des raisons graves,
  • Parce que je n’oublie pas que chacun-e a droit au respect de sa personne dans sa dignité et dans ses droits,
  • Parce que je ne veux pas avoir honte du sort réservé aux migrants qui ont réussi à rejoindre notre pays,
  • Parce que les réactions xénophobes dont les migrants sont victimes, suite aux accords de relocalisation prévus par l’Union européenne et au démantèlement de la « jungle » de Calais, ternissent la devise « Liberté, égalité, fraternité » portée par notre République,

Je déclare soutenir toutes les initiatives, proches de chez moi comme partout sur le territoire, qui offrent aux migrants des conditions d’accueil respectueuses de leurs droits fondamentaux.

Vous pouvez vous aussi signer cette pétition sur le site de la Ligue des Droits de l’Homme.